Le 8 mars ce n’est pas la « journée de LA femme ». Ce n’est pas la journée où

on « célèbre » les femmes, où on offre une rose. Le 8 mars est une journée de

luttes.

La date du 8 mars en tant que  » Journée internationale des femmes » a été

décidée en 1910 lors de la la Conférence internationale des femmes

socialistes menée par la militante Clara Zetkin. Le 8 mars 1917, des

ouvrières de Pétrograd, en Russie, se mettent en grève, événement

précurseur de la Révolution russe.

Ce sont les militantes féministes contemporaines du Mouvement de

Libération des Femmes qui remettent en 1975 le 8 mars à l’honneur alors

que l’ONU a décrété 1975 « année internationale de la femme », grossière

caricature de notre combat. L’ONU institutionnalisera le 8 mars en tant que

 » Journée des Nations unies pour les droits de la femme et la paix

internationale  » deux ans plus tard. La date est adoptée en France en 1982.

Le 8 mars n’est pas pour nous une journée institutionnelle. C’est une

journée où les féministes se mobilisent pour visibiliser les luttes qu’elles

mènent tous les jours.